Philippines – 10 arbres par an pour obtenir son diplôme

© Getty Images

En Asie du Sud-Est, l’archipel des Philippines a vu sa couverture forestière chuter de 70% à moins de 20% au cours du XXe siècle, ne laissant à ce jour que 3,2 % de ses forêts humides intactes. En cause, une exploitation forestière intensive relayée aujourd’hui par l’expansion des surfaces agricoles et, dans une moindre mesure, les cyclones et typhons.
Face au problème, le projet de « loi sur l’héritage de la remise des diplômes pour l’environnement », adopté le 15 mai 2019, lance un message simple et puissant à la jeunesse philippine : désormais chaque écolier devra, dès le primaire, planter 10 arbres par an pour obtenir son diplôme. Visant à développer une conscience et une éthique pour une utilisation durable des ressources naturelles, les élèves devront privilégier les espèces indigènes correspondant au climat et à la topographie de la région. La loi prévoit également que les arbres devront être plantés dans des mangroves et aires protégées, des domaines ancestraux, des réserves, des zones urbaines, des sites miniers ou autres terrains appropriés.
À raison de 17 millions de Philippins scolarisés chaque année, l’effort, si la loi est définitivement adoptée, représenterait 175 millions d’arbres par an, soit 525 milliards d’arbres plantés en une génération.

« Planter du vert » est une réponse mondiale à la progression du changement climatique. Si les Philippins innovent en impliquant directement leur jeunesse, des millions d’Éthiopiens se sont mobilisés le 30 juillet 2019 pour planter 353 millions d’arbres en 12 heures ! Avec son projet « Green Legacy », l’Éthiopie espère ainsi planter 4 milliards d’arbres avant la fin de la saison des pluies, début octobre. L’Australie a également annoncé en février 2019 son intention de planter un milliard d’arbres d’ici 2050.

 
Pour en savoir plus :
Aux Philippines, des arbres contre un diplôme – Paris Match le 31 mai 2019

Leave a Reply