Fermer

Appel à projets français : les infos à connaître pour candidater

Publié le 20/10/2020
Pour son appel à projets 2021, ouvert jusqu’au 30 novembre prochain, le SCO France espère de nombreuses propositions. Mais qu’est-ce que le label SCO ? Tel projet est-il éligible ? Comment candidater ? Avec quels financements ?... Autant de questions que les éventuels porteurs de projets ont pu adresser directement au SCO France lors de 2 classes virtuelles qui, les 15 octobre et 5 novembre 2020, ont réuni chacune plus de 40 participants. Retour sur ces échanges dynamiques et instructifs, desquels se profilent déjà quelques beaux projets !

En préambule de chaque séance, les animateurs ont rappelé que le SCO est une fabrique à projets permettant d’étudier et d’anticiper les impacts du changement climatique. Créé en novembre 2019, le SCO France a labellisé 14 projets sur 20 candidatures en 2020 et, pour son millésime 2021, lance un second appel à projets, teinté Biodiversité.

Si vous ne trouvez pas ici réponse à vos interrogations, contactez directement Frédéric Bretar ou Laurence Monnoyer-Smith. Tous deux sont à votre écoute pour accompagner votre dépôt de dossier, étudier une première version non officielle et, plus globalement, délivrer des conseils. Un témoignage spontané dans le chat confirme que « le CNES est d'excellent conseil en amont des dépôts. Il ne faut pas hésiter, c'est très utile ». Vous pouvez également contacter directement des porteurs de projets déjà labellisés via le site Internet.

Les critères d’un projet SCO

Pour être labellisé SCO, un projet doit répondre à un certain nombre de critères précis et impassables :

  • Répondre expressément à un besoin ;
  • Évoluer en outil opérationnel en 18 à 24 mois ;
  • Faire le meilleur usage des données satellite, environnementales, climatiques et socioéconomiques disponibles ;
  • S’appuyer sur les infrastructures de recherche, de production, de mise à disposition de données (Data Terra, Copernicus, DIAS, Geoportail, plateformes SIG existantes…) ainsi que sur les services opérationnels (Copernicus etc.) ;
  • Permettre la duplication/l’adaptation des outils sur plusieurs territoires ;
  • Satisfaire aux critères de retours communautaires SCO.

Quel intérêt d’être labellisé SCO ?

  1. Valoriser les travaux réalisés en amont : les projets proposés ont généralement atteint un niveau de maturité suffisant pour déployer une solution sur un territoire. Une fois labellisés, ils sont largement partagés et valorisés, bénéficiant ainsi d’une reconnaissance internationale.
  2. Obtenir un accès privilégié à un portefeuille de financements.
  3. Accéder au partage : rendus publics, les projets alimentent le « retour communautaire » du SCO, qui se traduit par une mise à disposition de leurs données et algorithmes.
  4. Le consortium porteur d’un projet bénéficie d’un accompagnement SCO personnalisé en fonction de ses besoins (expertise, conseil, accès à des données particulières etc.).

Comment candidater ?

Le formulaire de candidature, uniformisé avec celui du SCO International, ne doit pas excéder 4 pages. Toutes les informations et documents sont en ligne dans la rubrique Actualité du site SCO en français.

Retrouvez tous ces éléments en détail dans la présentation ci-dessous. La Charte du SCO France est également disponible en ligne.

Questions/réponses

Une quinzaine de questions ont sollicité les éclairages suivants :

Les porteurs de projet SCO

Tous les organismes et toutes les entreprises sont éligibles : peu importe leur taille, seul le projet compte. Ce dernier doit être représenté par un consortium, au sein duquel est attendue la présence d’institutionnels. À son niveau le plus complet, un consortium se compose :

  • d’autorités publiques (collectivités, agences territoriales…) qui ont un besoin précis auquel répond le projet ;
  • de scientifiques, qui assurent la robustesse des données et des modèles ;
  • d’entreprises privées qui, souvent chargées d’une partie de la maîtrise d’ouvrage, assurent la continuité de services des projets mis en œuvre ;
  • de data provider de tous horizons ;
  • d’agences spatiales, qui interviennent pour faciliter l’accessibilité à certaines données, participer aux développements, ou encore aider au bon fonctionnement du consortium.

Nature des données spatiales

Imagerie, positionnement/navigation ou télécoms satellitaires, un projet peut utiliser tous les types de données spatiales qui, rappelons-le, sont toutes interopérables avec d’autres sources de données.

Financements

Le SCO n’est pas une agence de financement mais sa labellisation ouvre une visibilité sur le projet à des financeurs potentiels, en l’occurrence les organismes membres du SCO France mais aussi du SCO International (agences spatiales et organismes onusiens). Les abondements peuvent être financiers mais également RH, via le détachement de personnels spécialisés sur un projet. La labellisation du millésime 2020 a permis à 13 projets d’initier des financements ou de trouver des sources et guichets complémentaires. => Une section de la fiche projet sollicite la ventilation des financements.

France ou International, un label unique

Que les appels à projets soient lancés au niveau national ou international, il n’existe qu’un seul label SCO. Si votre projet est porté par un consortium français ou franco-étranger, vous pouvez candidater à l’appel à projets du SCO France. En revanche, s’il est porté par un consortium totalement étranger, il vous faudra candidater à l’appel à projets international.

Le label SCO a la durée de vie du projet. Il peut être révoqué si le projet est abandonné, s’il ne remplit pas les critères demandés, ou encore s’il ne trouve pas de financement dans un délai raisonnable.

Les utilisateurs finaux

Les utilisateurs finaux peuvent être variés (collectivité locale, métropole, entreprise, assurance, aire naturelle protégée, agence régionale, ONG…) et doivent présenter une problématique liée aux impacts dus aux changements climatiques. => L’utilisateur final doit être identifié et représenté dans le projet, pour s’assurer que le projet correspond à une demande et qu’il sera pérennisé.

Maturité ou TRL

Candidater au SCO nécessite un certain niveau de TRL (technology readiness level ou niveau de maturité technologique) pour être transformé rapidement (24 mois maximum) en outil opérationnel. Les thèses et projets de recherche ne sont donc pas éligibles.

Réplicabilité

Un projet SCO doit pouvoir être répliqué, notamment à l’international afin de permettre à des pays vulnérables de profiter de solutions importées par la communauté SCO.

Infrastructures de données

Si le SCO France travaille prioritairement avec le Climate Data Store soutenu par C3S (Copernicus Climate Change), il est tout à fait possible de solliciter d’autres structures telles Google Earth Engine, l’important restant de pouvoir afficher des résultats concrets et développer des outils opérationnels.

 

Récurrence des appels à projets et taux d’acceptation

Le SCO lance un appel à projets par an, en fin d’année. Le prochain aura donc lieu au dernier trimestre 2021 pour labelliser le millésime 2022.

Il n’existe pas de taux d’acceptation : tous les projets déposés qui respectent le cahier des charges seront labellisés.

© Getty Images