La 1ère carte mondiale des émissions d’ammoniac atmosphérique révèle une large sous-estimation – World

Crédit photo : © Martin Van Damme et Lieven Clarisse / ULB

Singulièrement nocif pour la santé et l’environnement, l’ammoniac (NH3) compte aux principaux polluants atmosphériques. Difficile à observer car très volatile, il laisse cependant une faible signature dans les spectres de mesures atmosphériques du sondeur infrarouge IASI.
Fin 2018, une équipe franco-belge du LATMOS et de l’Université Libre de Bruxelles a compilé ces relevés journaliers de 2009 à 2018 pour générer une carte mondiale de la répartition d’ammoniac atmosphérique, au kilomètre carré près. Cette finesse spatiale leur a permis de mettre en évidence 248 points noirs, dont 85% émanent de l’élevage intensif et de la production d’engrais azotés. Identifiés en recoupant avec des images satellite, deux tiers de ces sources d’ammoniac n’étaient pas répertoriés dans les précédents inventaires d’émission.
Publiée dans la revue Nature le 5 décembre 2018, leur étude suggère qu’une meilleure gestion des impacts de la pollution par l’ammoniac passe par une révision complète des émissions agricoles et industrielles.

 

Plus de polluants et d’incendies dans un monde plus chaud

 

Publication : Industrial and agricultural ammonia point sources exposed. Van Damme, M., Clarisse, L., Whitburn, S., Hadji-Lazaro, J., Hurtmans, D., Clerbaux, C., Coheur, P.-F. Nature, le 6 décembre 2018. DOI: 10.1038/s41586-018-0747-1.

Pour en savoir plus :
Carte interactive Les explications de IASI – CNES le 20 Décembre 2018Les explications des chercheurs – Université Libre de Bruxelles le 6 décembre 2018

Leave a Reply