Fermer

1er Comité de pilotage à Washington

Publié le 09/06/2020
La naissance du SCO en à peine 18 mois est en soi une prouesse internationale. Pour les agences spatiales fondatrices, pas question de laisser retomber la mobilisation.

Quatre mois après sa ratification, le SCO a tenu son premier comité de pilotage international les 22 et 23 octobre 2019 à Washington. En présence de nombreuses agences spatiales membres de l’initiative, cette réunion a établi une feuille de route à court et moyen terme avec, en point d’orgue, l’ambition de créer une Charte Internationale d’ici 2022. Si les contours restent à préciser, cette charte devra permettre à un maximum de territoires, et tout particulièrement les plus vulnérables, de solliciter le SCO. Selon les membres fondateurs, « cet objectif reposera sur quatre piliers : la transparence (des actions, des données utilisées et fournies), le renforcement des capacités locales, le partage des connaissances et des applications efficaces ».

Au-delà des questions de gouvernance, notamment pour désigner un Secrétariat général en soutien au Comité de pilotage, l’accent a plus spécifiquement porté sur la nécessité de démarrer avec des projets pilotes opérationnels et « labellisés » SCO. Il s’agira dans un premier temps de soutenir et d’accélérer les travaux déjà en cours au sein des communautés spatiales et scientifiques, ainsi que les actions menées sur le terrain par des organisations internationales comme les Nations Unies.

Ce premier comité de pilotage se tenait en marge du 70ème Congrès International d’Astronautique (IAC), un rendez-vous annuel réunissant tous les acteurs mondiaux de l'espace - 6.800 représentants issus de plus de 80 pays - autour d’événements, de rencontres et de collaborations qui façonneront l’espace de demain.

Photo de groupe

 

Washington DC © Getty Images