Fermer

3ème comité de pilotage : tous ensemble, même à distance

Publié le 17/07/2020
Ils devaient se rejoindre à Vienne en marge du COPUOS mais, crise sanitaire oblige, ils ont opté pour un échange virtuel. Avec 34 connexions simultanées, les membres du SCO International ont donc tenu leur 3ème comité de pilotage, sous l’égide de l’UNOOSA, le Bureau des Nations Unies pour les affaires spatiales. Sa directrice, Simonetta di Pippo, a ouvert la séance en saluant la mobilisation de cette nouvelle communauté mondiale. Focus sur ces 18 et 19 juin 2020 où, durant 90 minutes chaque jour sur tous les continents, les partenaires ont analysé les avancées et programmé les prochaines étapes.

Lors du précédent comité de pilotage, les membres s’étaient accordés sur l’urgence de mettre en place des projets labellisés SCO. Cette démarche consiste à sélectionner des projets scientifiques existants pour les mener rapidement au stade d’outils opérationnels.  Le processus de labellisation mis en œuvre par le SCO France est présenté à titre d’exemple, de la sélection des projets à leur valorisation, notamment sur une plate-forme commune.

Justement, la seconde priorité concerne le site Web SCO, un outil commun d’information, d’échanges et de travail. Contribution du CNES à la communauté SCO, la version off line – que vous êtes en train de lire - possède déjà toutes ses caractéristiques et ne demande plus qu’à être utilisée et alimentée de façon proactive ! Tous les membres du SCO sont invités à mettre en ligne la description de leurs initiatives et projets nationaux dès à présent, pour une mise en ligne officielle en septembre 2020.

Dans un troisième temps, le Docteur Pakorn Petchprayoon, représentant de l’agence GISTDA (Geo-Informatics and Space Technology Development Agency), expose les projets actuellement étudiés par le SCO Thaïlande : suivi de l’évaporation des cultures, qualité de l’air   avec analyse des particules fines (MP2,5) et suivi de plusieurs variables climatiques essentielles. Tous font appel à la télédétection, combinée à des mesures de terrain pour fiabiliser les modèles.

Cruciale et dernière étape de ce marathon, les participants se sont organisés en groupes de travail autour de la charte qui articulera les objectifs du SCO et les engagements de ses membres pour y parvenir. Les discussions ont porté sur les objectifs du SCO, ses bénéficiaires, le rôle et la contribution des signataires, et enfin l’évaluation des résultats des actions entreprises. Tous les membres du comité de pilotage seront rapidement contactés pour s'enquérir de rédacteurs volontaires de cette charte SCO.

Au terme de la réunion, le comité directeur convient de l’agenda suivant :

  • Septembre 2020 : lancement d’un appel à projets international en marge de l'Assemblée générale des Nations Unies. Il sera pris en charge par le PNUD et l’UNOOSA ainsi que par l’ESA pour renforcer la visibilité. L’appel à projets du SCO France s’y intègrera autour des priorités gouvernementales relatives à l’environnement.
  • 11 janvier 2021 : One Planet Summit en marge du Congrès mondial de la Nature à Marseille, où seront présentés les premiers résultats du SCO France et du SCO International.
  • La signature de la charte SCO aura lieu au plus tôt au Salon du Bourget en juin 2021, sinon durant le congrès mondial de l’astronautique, prévu en novembre 2021 à Dubaï.

Ce troisième comité de pilotage était organisé par l’UNOOSA, bureau des Nations unies chargé de promouvoir la coopération internationale dans le domaine des utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique. À ce titre, il assure le secrétariat du COPUOS, le Comité des Nations unies sur les utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique, et tient le registre des Nations unies des objets lancés dans l'espace extra-atmosphérique. Il mène de très nombreuses actions et ateliers sur toute la planète, en support des techniques spatiales et du droit international de l’espace.

Mains avec drapeaux © Getty Images