Fermer

5ème Comité de pilotage : labellisations et Charte internationale

Publié le 12/02/2021
Vendredi 29 janvier, les membres du SCO International se sont virtuellement réunis pour tenir leur 5ème comité de pilotage, sous présidence de l’agence spatiale chinoise CNSA. Si l’élaboration de la Charte SCO a mobilisé, à juste titre, une grande partie de la séance, tous attendaient les résultats des appels à projets internationaux et français. Il apparaît que cet exercice se révèle essentiel, certes pour mettre rapidement en œuvre des outils de lutte contre les impacts du changement climatique, mais aussi pour structurer efficacement le SCO.

Discours d’ouverture et bonnes nouvelles

Dans un premier temps, M. ZHANG Kejian, Administrateur de la CNSA, confirme la volonté chinoise d’atteindre la neutralité carbone pour son pays en 2060 et rappelle le lancement de plusieurs satellites d’observation de la Terre. Dans un second temps, M. Jean-Yves LE GALL, Président du CNES, salue les représentants d’Égypte, du Maroc, de Russie et du PNUE (Programme des Nations Unies pour l'environnement / United Nations Environment Program), futurs membres de la communauté SCO. Il confirme également l’intégration du SCO aux activités communautaires du Groupe sur l'observation de la Terre (GEO, Group on Earth observations).

Trombinoscope 5° StC © SCO

La mobilisation SCO est bien concrète avec 44 connexions simultanées.

Succès des Appels à Projets

Remerciements étant faits aux multiples webinaires proposés en soutien aux candidats (Chine, Éthiopie, France, Italie, Mexique), les chiffres tombent : SCO International a collecté 38 projets et SCO France en a collecté 34. Au total, plus de 20 d’entre eux seront très bientôt labélisés.

D’autres candidats devraient cependant se voir labellisés ultérieurement. En effet, pour aider à maturer les autres projets, le Secrétariat général propose la création de comités d'accélération SCO, les SAC (SCO acceleration Committees). Considérés comme une préfiguration des SCO nationaux/locaux et dirigés par les pays signataires correspondants ou en cours de signature, ces SAC s’attacheront à aider les projets à intégrer les critères des SCO pour rejoindre le millésime 2021.

Pour mémoire, le millésime 2020 développe actuellement plus de quinze solutions opérationnelles répondant aux défis des inondations, de la qualité de l'air, de l'agriculture et bien plus encore, pour les territoires du monde entier.

La Charte internationale SCO

Ayant étudié 22 structures environnementales internationales ou régionales existantes en termes d'histoire, d'objectifs, d'actions, de formes juridiques, de gouvernance et de financement, l’enquête menée au préalable de la rédaction de la Charte SCO suggère les orientations suivantes :

  1. Définir le rôle du SCO, et notamment ce qu’il fait différemment des organisations existantes ;
  2. Assurer l'implication de chaque partie sur un pied d'égalité, la transparence mutuelle et la responsabilité ;
  3. Concevoir un modèle de gouvernance approprié, ce qui engage des organismes bien structurés, qui soient partie prenante au niveau national (utilisateurs finaux) et international (organes consultatifs à déterminer) et, de fait, une coordination internationale probante ;
  4. Développer une politique globale de renforcement des capacités pour soutenir les projets émergents et diffuser les connaissances ;
  5. Explorer les financements disponibles, étant entendu que le SCO International n'est pas une agence de financement en soi mais que les agences internationales et nationales ont un rôle de levier financier.

Quatre étapes rapprochées devraient permettre une signature de la Charte en novembre 2021 lors de la COP26 à Glasgow (Royaume-Uni). Consultez l'agenda !

Zoom Poyang ©Copernicus Sentinel data 2020

Zoom sur cette exceptionnelle image Sentinel-2 du Lac Poyang. À mi-parcours du fleuve Yang-Tsé, il constitue une zone de ressources naturelles et fossiles, dont une partie classée réserve naturelle. ©Copernicus Sentinel data 2020

Poyang ©Copernicus Sentinel data 2020