Fermer

4 nouveaux projets labellisés SCO International

Publié le 10/06/2021
En février 2021, le Comité de labellisation SCO International avait placé quelques projets « en ballotage », demandant aux candidats concernés de faire maturer leurs propositions. Début juin, révision faite, quatre de ces projets obtiennent le label SCO.

Trois européens issus du programme ESA-Future Earth et un chinois, ces nouveaux projets adressent chacun une thématique différente.

Habitat Yangtze pour préserver les migrations des oiseaux d’eau

Porté par le SCO Chine

Sur le fleuve Yangtze, le changement climatique est considéré comme l'une des principales causes de l’évolution du comportement des oiseaux d’eau migrateurs car il modifie l'état des habitats humides où ils aiment hiverner.

Pour pallier les limites des études de terrain, ce projet surveille et cartographie les zones humides du bassin moyen et inférieur du fleuve Yangtze. Il utilise pour cela des séquences temporelles d'images de télédétection haute résolution multi-sources et des algorithmes de reconnaissance automatique d'objets de zones humides et de détection de changements basés sur l'intelligence artificielle d'apprentissage profond. Experts en télédétection ou en intelligence artificielle, chercheurs sur les oiseaux migrateurs et sur le changement climatique, gestionnaires de zones humides et décideurs politiques, les utilisateurs seront nombreux. De fait, une plateforme ouverte avec les données et résultats du projet prodiguera une manière efficiente de partager et d'exploiter les informations relatives aux oiseaux, au changement climatique et aux écosystèmes.

Cigogne orientale

Dans le bassin du Yangtse, les modifications des zones humides affectent l’habitat d’hiver des oiseaux d’eau migrateurs, comme cette cigogne orientale (Ciconia boyciana). © Getty Images

PODCAST-DEMO pour prévenir le choléra

Porté par le Plymouth Marine Laboratory (UK) dans le cadre du programme ESA-Future Earth

Le choléra est une maladie épidémique d'origine hydrique qui touche 1,3 à 4 millions de personnes chaque année dans le monde, avec 21 000 à 143 000 décès signalés. L'agent pathogène responsable, Vibrio cholerae, est hébergé par des hôtes planctoniques et détritiques, et survit au transport par les courants océaniques. Or de nouveaux cas d'émergence d'agents pathogènes et d'épidémies associées ont été signalés en relation avec le réchauffement climatique et l'augmentation des événements climatiques et météorologiques extrêmes tels que les sécheresses et les inondations, les ondes de tempête et les vagues de chaleur.

PODCAST-DEMO vise à valider un outil en ligne de visualisation et d'analyse pour fournir aux populations locales et aux autorités de santé publique des informations solides sur les points chauds de Vibrio choleraeliés au climat dans le nord de l'océan Indien. L'objectif ultime de ce démonstrateur sera de fournir un outil d'aide à la décision permettant aux parties prenantes de mettre en œuvre des mesures préventives et de réduire ainsi les risques pour la santé humaine.

Agent pathogène du choléra

Vibrio cholerae, l'agent pathogène du choléra, sévit tout particulièrement dans les régions côtières très peuplées, liées à une pollution accrue des masses d'eau et des sources alimentaires, notamment par la contamination des sources d'eau potable. © Getty Images

GoldCoast pour la récupération des plages après une tempête

Porté par Telespazio UK dans le cadre du programme ESA-Future Earth

Comme de nombreux littoraux, la Gold Coast australienne voit ses plages toujours plus endommagées sous l’assaut des tempêtes, plus fortes et plus fréquentes. En appui au plan de protection du littoral mis en place en 2013, des caméras le long de la Gold Coast cartographient fréquemment les lignes d'eau mais certaines lacunes dans ces données limitent les avancées de la recherche sur le rétablissement des brèches après une tempête. En réponse, Telespazio UK a développé une méthodologie automatisée utilisant d’une part l'imagerie SAR (Synthetic Aperture Radar) de Sentinel-1, dont elle extrait la ligne de flottaison, et d’autre part des données sur l'état des marées (issues des marégraphes). L’outil peut alors étudier l'accrétion ou l'érosion nette, selon que la ligne de flottaison se déplace vers le rivage (érosion) ou vers le large (accrétion). Ce projet se veut le démonstrateur pilote de cette méthode qui pourra être étendue à n'importe quelle région côtière dotée de plages, à condition que la couverture Sentinel-1 (ou tout autre satellite de résolution équivalente ou supérieure) et les informations sur l'état des marées soient suffisantes.

Brisbane

Brisbane (Queensland). La Gold Coast australienne a mis en place divers moyens de mesure qu’utilisera également le projet : marégraphe (enregistrements en temps quasi réel, toutes les 10 minutes), bouée de mesure des vagues, station éolienne. © Getty Images

City Explorer pour optimiser les services écosystémiques des espaces verts et bleus urbains

Porté par le Centre britannique pour l'écologie et l'hydrologie dans le cadre du programme ESA-Future Earth

L'outil City Explorer répond spécifiquement au besoin d'une meilleure information pour aider à guider la planification urbaine des solutions basées sur la nature. L'outil cartographiera les bénéfices attendus de multiples services écosystémiques associés aux espaces verts et bleus urbains. Il permettra ainsi aux utilisateurs d'ajouter de nouveaux espaces verts dans un environnement urbain afin de comparer les bénéfices relatifs de différents emplacements. La vulnérabilité ou l'importance du groupe démographique focal sera utilisée pour pondérer le résultat final, ce qui permettra aux utilisateurs d'identifier les configurations spatiales optimales, adaptées aux exigences spécifiques de la ville ou de la région évaluée.

Pour cela City Explorer exploite au mieux un certain nombre de jeux de données, dont l'observation de la Terre (missions LandSat et Sentinel) et les données météorologiques E-OBS issues des services Copernicus sur le changement climatique. Trois partenaires pilotes accompagnent le projet en tant qu’utilisateurs finaux : le département de l'eau et de la nature de la municipalité d'Aarhus (Danemark), le bureau de protection de l'environnement de Velika Gorica (Croatie) et l'Agence pour la biodiversité en Île-de-France (France). Des responsables de la santé publique au Royaume-Uni (Public Health Wales) ont également manifesté leur intérêt.

Aarhus

Vue panoramique sur la ville d’Aarhus au Danemark. © Getty Images