Fermer

SCO : l'Initiative

Le Space for Climate Observatory, ou Observatoire spatial pour le climat, est une initiative internationale née en 2019 et regroupant un ensemble d’entités publiques et privées impliquées dans le secteur de l’observation de la Terre (OT). Dans l’optique d’exploiter au mieux le potentiel des données satellite et des innovations numériques pour agir en faveur du climat, le SCO rassemble et coordonne les efforts pour l’émergence d’outils opérationnels s’adressant aux décideurs politiques et au grand public et permettant le suivi, l’atténuation et l’adaptation aux changements climatiques à l’échelle locale.

1 Présentation

La création du Space for Climate Observatory remonte à 2017 dans le cadre de la première édition du One Planet Summit, mais ce n’est qu’en juin 2019 que l’initiative est officiellement lancée avec la signature d’une déclaration d’intérêt par vingt-trois agences spatiales et organisations internationales. La mise en place du SCO vise alors à pallier un ensemble de manquements dans l’écosystème de l’OT, à savoir :

  • Bien que les données satellite soient essentielles pour la compréhension du système climatique terrestre, elles s’avèrent souvent sans influence majeure sur les politiques publiques ;
  • Malgré l’émergence dans le monde entier d’applications fondées sur les données satellite pour le climat, il est difficile d’avoir une vue d’ensemble de ce qui est réalisé ;
  • Enfin, si la coordination internationale est mature en ce qui concerne le partage des données et leur utilisation à des fins scientifiques, elle reste fragmentaire au niveau opérationnel.

Pour répondre à ces besoins, le SCO s’est constitué comme un réseau international pour favoriser l’émergence d’applications opérationnelles pour le suivi, l’atténuation et l’adaptation aux changements climatiques, regrouper les initiatives existantes et mettre en avant ces projets à l’occasion de différents événements et partenariats.

Au cours de ses trois premières années d’existence, le SCO s’est développé et étendu, avec l’intégration de nouvelles agences spatiales et la mise en œuvre de plusieurs appels à projets ayant abouti à une soixantaine de projets SCO. Les membres du SCO ont aussi travaillé ensemble sous la coordination de l’UNOOSA pour clarifier le fonctionnement de l’initiative et formaliser sa gouvernance au travers de la Charte relative à la création de l'Observatoire Spatial pour le Climat, qui entrera en vigueur à compter du 1er septembre 2022.

2 Objectifs

Le SCO soutient le développement d’un ensemble d’outils opérationnels à destination des décideurs politiques et du grand public, tirant pleinement parti des données satellite et des données socio-économiques pour aider au suivi, l’atténuation et l’adaptation aux changements climatiques à l’échelle locale. Ces outils doivent être co-construits avec leurs utilisateurs pour répondre précisément à un ensemble de besoins, ainsi qu’être facilement transposables à d’autres territoires rencontrant les mêmes enjeux climatiques.

Outre ces projets, le SCO vise aussi à améliorer la coordination internationale autour des applications opérationnelles fondées sur les technologies spatiales pour le climat, mettre en avant les outils développés et ainsi servir de forum international pour ces questions.

3 Gouvernance

En tant qu’initiative internationale fondée sur les meilleurs efforts de ses membres, le SCO a une gouvernance résolument multilatérale. Un Point Focal est désigné dans chaque pays pour prendre part aux réunions du Comité de direction, qui se réunit au moins deux fois par an pour décider d’un certain nombre de points. Parmi ces Points Focaux, un sous-groupe constitue le Comité des programmes, qui supervise pour une période donnée les activités du SCO – projets et groupes de travail – menées par chacun des membres. Ces comités ainsi que l’ensemble des activités bénéficient du soutien du Secrétariat du SCO, sous la responsabilité d’un membre du SCO.

4 Les projets SCO

Par Projets SCO sont désignées toutes les applications utilisant des données issues de satellites à des fins de suivi du changement climatique, d’atténuation ou d’adaptation à ses effets, soutenues par les signataires du SCO et qui remplissent les critères suivants :

  • C1. Répondre aux besoins des utilisateurs finaux dans une zone géographique spécifique ;
  • C2. Proposer un ou des logiciel(s) opérationnel(s) et pratique(s) ;
  • C3. Tirer le meilleur parti des données satellitaires, environnementales, climatiques in situ et socio-économiques disponibles, à une résolution adaptée au problème ;
  • C4. S’appuyer sur les infrastructures (pré-)opérationnelles et de recherche, les services et les données locales existantes ;
  • C5. Avoir le potentiel permettant d’envisager l'extension à d’autres zones géographiques.

Les Projets du SCO devraient également répondre aux critères suivants :

  • CF1. Fédérer un consortium de scientifiques, de sociétés et/ou d’autorités publiques capables de générer de nouvelles connaissances, des méthodologies de référence innovantes et efficaces et des outils pratiques permettant d’accompagner les décideurs ;
  • CF2. Promouvoir une méthodologie basée sur les derniers développements technologiques, notamment en matière d’intelligence artificielle et leurs infrastructures de calcul ;
  • CF3. Favoriser l’utilisation d’outils open-source et tendre vers un outil final open-source ;
  • CF4. Proposer un mode de financement qui associe les collectivités lors de la phase initiale du projet, et définit le périmètre de recours au secteur privé pour les développements futurs ;
  • CF5. Intégrer une analyse du modèle économique associé ;
  • CF6. Incorporer la démarche de coopération internationale au service des pays les moins avancés (PMA) tels que définis par le département des affaires économiques et sociales des Nations unies, bénéficiant de l’aide au développement.

5 Les membres du SCO

Les membres du SCO sont les Signataires de la Charte relative à la création de l'Observatoire Spatial pour le Climat. De plus, une entité publique par pays endosse le rôle de Point Focal, responsable de l’organisation des activités du SCO au niveau national.

Voir les membres signataires

6 Ressources

  • La Charte relative à la création de l’Observation Spatial pour le Climat (bientôt disponible)
  • Les règles et procédures (bientôt disponibles)  

7 FAQ

Quelle est la nature du SCO ?

Le SCO est une initiative internationale définie par la Charte relative à la création de l'Observatoire Spatial pour le Climat. Il s’agit d’un effort collectif sans personnalité juridique ni obligations légales, fondé sur les meilleurs efforts des signataires.

Qui peut devenir membre du SCO ?

Toute entité publique ou privée impliquée dans le secteur de l’observation de la Terre et souhaitant contribuer aux activités du SCO, de la mise en œuvre de Projets à la participation aux groupes de travail, peut rejoindre le SCO en signant la Charte.

Qu’est-ce qu’être membre du SCO implique ?

Être membre du SCO permet de participer à toutes les activités mises en place par le SCO, sur la base des meilleurs efforts. Il est possible de s’impliquer davantage au sein de la gouvernance en devenant Point Focal, sachant qu’une seule entité publique peut assumer ce rôle au niveau national.

Comment devenir membre du SCO ?

Pour rejoindre le SCO, toute entité publique ou privée peut signer la Charte relative à la création de l'Observatoire Spatial pour le Climat. Les demandes de candidature sont examinées à l’aune de la possibilité de participer aux activités du SCO et à la volonté de remplir les objectifs du SCO.

Est-ce que le SCO peut financer des projets ?

Le SCO en lui-même n’est pas capable de financer des projets. En revanche, son rôle étant aussi de donner de la visibilité aux projets développés et de permettre la large participation d’entités publiques ou privées, le SCO souhaite faciliter la recherche de financements pour ces applications.

Contact

En cochant cette case, je reconnais avoir pris connaissance et accepte les Mentions légales.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.