Fermer

Littoscope, profondément SCO

Publié le 05/01/2021
La hausse du niveau des océans grignote inéluctablement les zones côtières, l’un des impacts les plus préoccupants du réchauffement climatique. Relevant le défi d’identifier les aléas de submersion des zones littorales et d’en évaluer les risques socio-économiques pour le territoire, Littoscope est un projet phare car typique du "concept SCO" : des données satellite combinées à des données in situ et socio-économiques pour répondre aux problématiques avérées des territoires. Trois mois après le coup d’envoi du projet, les acteurs du consortium Littoscope nous accueillent à leur point d’étape du 11 décembre 2020. Focus.

Trois piliers basés sur la cartographie spatiale

Littoscope met les données satellite au service de l’éclairage et de la prise de décisions vis-à-vis des impacts de la montée des océans sur les zones côtières. Son concept repose sur trois piliers :

  • Cartographier les aléas à partir de données satellite Pléiades pour estimer les futures zones submergées ;
  • Évaluer les risques de submersion en fonction des enjeux des territoires ;
  • Construire un outil d’information dédié aux territoires.

Deux territoires d’expérimentation

Pour développer un outil opérationnel et reproductible, le consortium concentre ses travaux sur deux territoires côtiers de France Métropolitaine : la commune de Gâvres (4,5 km2) sur la côte Atlantique et, côté Méditerranée, une zone plus étendue (102,4 km2) autour de Palavas-les-Flots, incluant une partie de la métropole de Montpellier-Méditerranée et des communes de l’étang de l’Or.

Territoires expérimentation © Littoscope

Consultation des territoires

Première démarche, le consortium s’est rapproché en octobre des acteurs territoriaux, 2 à Gâvres et 4 dans la région de Palavas-les-Flots. Futurs utilisateurs de l’outil, ceux-ci ont pu exprimer leurs besoins et attentes mais aussi partager leur expérience liée aux submersions marines. Tous ont manifesté un fort intérêt dans le projet qui, pour la plupart, constitue leur première expérience avec les données satellite. Certains ont également exprimé la satisfaction du lien que crée le projet entre les institutions territoriales, les techniciens et les décisionnaires.

Traitement des données satellites

Les produits générés sont livrés sous forme de cartographies grâce à divers algorithmes appliqués aux images satellites Pleiades. À mi-décembre, l’équipe a testé différentes méthodes de masques et recalages pour parvenir aux meilleurs résultats possibles avec un process applicable partout.

Modélisation géographique des territoires

  • Données d’entrée : tri-stéréoscopie Pléiades, soit 3 images (avant, nadir, après) permettant une reconstitution 3D du territoire.
  • Prétraitement des images avec Orfeo Toolbox (suite logicielle du CNES en open source) et production du MNS (Modèle numérique de Surface) avec CARS (logiciel CNES en opensource).
  • Une partie du sursol est ensuite retirée (végétation, …) en conservant les obstacles à la circulation de l’eau (bâtiments et murs). Sur ce point, l’équipe a été confrontée au piège des bâtis végétalisés, identifiés comme de la végétation par les capteurs optiques des satellites.
  • => Production de MNT(Modèle numérique de Terrain) puis MNE (Modèle numériques d’élévation) avec une résolution spatiale de 0,5 m. Ceux-ci sont ensuite « recalés » par rapport à un système de référence local (points de mesure fournis par le BRGM pour Gâvres et récupérés sur le site de l’IGN pour Palavas-les-Flots).
DEM Gavres et Palavas © Lattoscopi

© Littoscope

Caractérisation des enjeux socio-économiques

Pour des territoires étendus comme la zone de Palavas-les-Flots, l’outil propose trois échelles de traitement. Adaptés aux grands territoires, les niveaux inférieur (utilisation des sols) et intermédiaire (ajout d’informations relatives à la population, aux habitats, à l’économie) relèvent d’une classification automatique et reproductible. Réalisé à l’échelle régionale, le niveau élevé propose une analyse complète de l'image.

Palavas enjeux © Littoscope

Le niveau de traitement le plus élevé combine une carte personnalisée de l'occupation des sols à un niveau détaillé des composantes socio-économiques et des données thématiques exogènes (environnement, risque industriel, tourisme, population). ©Littoscope

Gavres enjeux © Littoscope

Sur une commune de petite taille comme Gâvres, l’outil propose un zoom par saison fournissant la population à la résolution spatiale du bâti. © Littoscope

Estimation du risque de submersion

En croisant l’estimation de l’élévation des terres avec l'intensité de la surcôte induite par la hausse du niveau des mers (observées ou prévues), ainsi que par la marée et les tempêtes, l’équipe a compilé 15 scenarios de risques d’inondation sur chaque zone pour esquisser des projections à 2030, 2070 et 2100.

Projection risque submersion © Littoscope

Projection des risques d’inondation à long terme. ©Littoscope

Les prochaines étapes consisteront à compiler les enjeux, répartis en 3 classes (humaine, socio-économique, environnementale et patrimoniale) et au calcul de l'indice de risque (degrés de 1 à 5, population touchée, coûts/biens endommagés). Ces éléments, combinés aux scénarios de risques d'inondation, produiront une cartographie des risques.

Développement d’une plate-forme web interactive

Prévue pour une livraison finale en mars 2021, une première version de la plate-forme Web est présentée aux territoires partenaires mi-décembre. Un questionnaire et/ou des entretiens au mois de juin 2021 permettront de recevoir leur retour d’usage.

PF web demo © Littoscope

La plate-forme Web permettra de visualiser les aléas de submersion permanente et temporaire sur un territoire ainsi que l’estimation des risques associés à ces aléas. ©Littoscope

Et après ?

Lorsque l’outil sera parfaitement opérationnel, il sera mis à disposition du SCO International pour pouvoir être valorisé afin d’être transposé sur d’autres zones côtières en France et dans le monde.

Submersion © Getty Images