Fermer

Un e-meeting pour renforcer les coopérations internationales

Publié le 12/06/2020
Malgré un agenda bousculé par la crise Covid, la motivation du SCO ne faiblit pas. Tant pour conforter le lien qui unit cette communauté que pour préparer le 3° comité de pilotage, le SCO a organisé, grâce aux moyens numériques, un e-meeting international le 15 mai 2020.

En pleine pandémie de Covid-19, pas moins de 42 représentants des membres du SCO International se sont connectés pour échanger sur leurs projets nationaux de lutte contre les impacts du changement climatique. Pionnière de l’initiative SCO, l’agence spatiale française CNES y représente la déclinaison française, qui regroupe une vingtaine d’agences et institutions nationales, et ouvre la séance par une présentation du processus de labellisation mis en place par le SCO France. Offrant une trame transposable, la France espère ainsi entraîner d’autres membres dans son sillage, pour que chacun puisse agréger les compétences liées au changement climatique dans son pays, tout en favorisant la coopération internationale.

SCO France : inondations, riziculture, maladies vectorielles

Sont évoqués quatre projets de portée internationale, prévoyant tous un retour d’information à la communauté SCO, avec mise à disposition des modèles créés et des données produites.

Premier focus sur FloodDAM, un outil de détection, d’évaluation et de surveillance des inondations sur la Terre entière, avec des cartes de risques d’inondation et des prévisions à court terme. Les territoires d’expérimentation portent sur des fleuves de France (Seine et Garonne), de Madagascar (Betsiboka), d’Espagne (Ebro) et des USA (Missisipi).

Mené en collaboration avec le Vietnam, un démonstrateur de suivi des impacts du changement climatique sur les cultures de riz s’articule autour de deux projets : Resilient Recovery Observatory (RRO) propose une estimation des dommages post typhons et Vimesco-Rice un suivi dynamique de la riziculture dans le delta du Mékong.

Enfin, initialement destiné aux acteurs de la santé, le projet ArboCarto-v2 propose un outil prédictif d'aide à la gestion des maladies vectorielles portées par le redouté moustique Aedes sous ses formes albopictus et aegypti. Déjà utilisé en France métropolitaine, à la Réunion et en Martinique, il peut ainsi produire une cartographie des deux espèces à une échelle conforme à la lutte anti-moustiques locale, ainsi qu’une simulation des impacts possibles, en soutien à la prise de décision mais aussi dans un but éducatif.

SCO Chine : tempêtes de poussières, accès aux données d’observation de la Terre

De son côté, l’agence spatiale Chinoise CNSA présente deux projets.

HaDuWaS (Haze and Dust Storm Warning System) est un système d'alerte aux tempêtes de brume et de poussière, deux problématiques face auxquelles l’empire du milieu doit pouvoir réagir rapidement.

CAFE (Collaborative Analysis Framework for Environmental data) propose de créer une interface offrant aux scientifiques un accès rapide à l’important volume de données d'observation et de simulation du climat.

SCO Afrique : littoral

Porté par l’agence spatiale du Gabon AGEOS, le projet Gabonese coast face to climate change constitue un outil transposable de gestion des côtes pour aider les autorités dans leur politique d'utilisation du littoral mais aussi inscrire cet important écosystème dans une gestion durable.

SCO Mexique : GES

Dans un pays classé 12ème plus grand émetteur de GES (Gaz à effet de serre), l’agence spatiale mexicaine AEM se positionne sur cette problématique intimement liée à la pollution. Elle propose notamment de contribuer à la conception d'outils analytiques et de modèles mathématiques, de fournir des données in situ et de coordonner les efforts nationaux dans l'utilisation des données satellitaires.

Oies © Getty Images