Fermer

La branche française du SCO International

Publié le 09/06/2020
Dans la droite ligne de la feuille de route décidée lors de son premier comité de pilotage, le nouvel observatoire spatial du climat doit se concrétiser autour des déclinaisons nationales de ses signataires. Une manière pour chacun de fédérer ses forces vives travaillant sur les impacts du changement climatiques.

Né avec l’ambition d’impulser une orientation commune via des moyens associés et partagés autour de l’État, le SCO France se compose d’un Comité Inter Organismes (CIO) et réunit pour sa part 18 agences et organismes publics impliqués dans les questions de changement climatique : ADEME, BRGM, CEA, CEREMA, CNES, CNRS, CSTB, IDDRI, IFREMER, IGN, INERIS, INRAE, IRD, Météo-France, OFB, ONERA, SHOM, Ministère de la Transition Écologique et Solidaire, Ministère de lʼEnseignement Supérieur, de la Recherche et de lʼInnovation.

Tenue le 21 novembre 2019, la première séance du CIO SCO France confirme sa vocation d’un lieu d’échanges fédérant recherches et expertises au travers de nouvelles collaborations entre le spatial et les acteurs au cœur des problématiques climatiques et environnementales. Avec l’objectif de créer des outils ciblés et adaptés dans les meilleurs délais, cette expertise sera également mise au service du renforcement des capacités des pays relevant de l’aide publique au développement.

Ce dernier point satisfait tout particulièrement les participants qui, pour la plupart, mènent déjà des projets en collaboration avec des organismes de recherche étrangers sur des thématiques cruciales comme l’agriculture, les risques d’inondation ou encore de submersion.

Tour Eiffel © Getty Images