Fermer

SCO-LIVE

SCO-LIVE réalise un observatoire associant tous les acteurs de terrain pour cartographier les maladies et parasites nuisibles à l’olivier. Ces informations permettent de mener une étude scientifique sur les conditions environnementales propices à ces maladies et d’établir un modèle prédictif aux fins de les anticiper et d’y remédier.

PRÉSENTATION

L’objectif du projet SCO-LIVE (schématisé sur la figure ci-dessous) consiste à réaliser un observatoire qui permettrait de mieux comprendre les conditions d’apparition des maladies de l’olivier et d’anticiper les traitements. Il associera tous les acteurs (exploitants occasionnels et professionnels, individuellement ou en association, et interlocuteurs de l’ingénierie territoriale) pour cartographier toutes les maladies et parasites pouvant nuire à l’olivier et ainsi fournir des informations pertinentes d’aide à la décision des autorités publiques locales.

Pour cela, le projet s’appuie sur une remontée d’informations « citoyennes », géolocalisées et horodatées, des acteurs de terrain. Cela permet i) de cartographier l’aléa, ii) de fournir des informations aux personnes touchées sur les mesures prophylactiques à adopter, ce qui les encourage à participer à l’observatoire, et iii) de mener une étude scientifique (un diagnostic) sur les conditions environnementales propices à l’expansion des maladies affectant les oliviers (e.g Hornero et al. 2020) afin d’établir à terme un modèle prédictif (un pronostic).

Ce modèle permettra ainsi :

  • à l’aide de prévisions à court terme, d’anticiper les traitements et de limiter les conséquences de ces maladies,
  • à l’aide de prévisions à moyen et long termes (type GIEC), de remédier aux conséquences climatiques en termes de santé et de répartition géographique de l’olivier.
SCO-Live concept

© ACRI-ST

Le projet d’observatoire SCO-LIVE est soumis par un consortium porté par ACRI-ST, avec la Communauté d’Agglomération du Pays Grassois (CAPG) qui regroupe 23 communes et des laboratoires scientifiques, français, italien et espagnol, experts de la biologie de l’olivier et des modèles de niches écologiques. Le Syndicat Interprofessionnel de l’Olive de Nice accompagne également le projet.

S’inscrivant pleinement dans le « contrat de transition écologique du pays de Grasse, biodiversité et changement climatique », l’observatoire proposé possède un fort potentiel d’extension géographique (sur les départements voisins et les autres pays du bassin méditerranéen) du fait des outils employés : modèles et Observation de la Terre large échelle, technologies de téléphonie mobile classique.

Méthodologie

SIMPLEX, l’outil de remontée d’information « citoyenne » et d’analyse environnementale, a été labellisé ADEME, dans le cadre du PIA biodiversité (TRL 7). Il permet de contextualiser l’observation dans son environnement (vent, pluviométrie, densité de végétation, …) grâce à un lien direct avec les données Copernicus au travers de DIAS et les données Sentinel-2 et Sentinel-3. Ces remontées citoyennes sont ingérées dans une base de données contenant également les données d’observation de la Terre ainsi que des conditions environnementales dans lesquelles les constatations de maladies et de parasites sont réalisées. Ces informations sont ensuite exploitées pour définir des niches écologiques en faisant intervenir de l’Intelligence Artificielle (type MLP/NN, voir Ashraf et al. 2017).

Différents niveaux d’utilisateurs :

  • Ce projet s’appuyant sur les sciences participatives pour récupérer des données, les premiers utilisateurs seront les particuliers récoltants, qui entretiennent une tradition très bien ancrée dans le pays grassois. Par d’autres services déjà développés par ACRI-ST (sur la géolocalisation des méduses par exemple), nous savons d’expérience que les particuliers sont disposés à participer à ces programmes dès lors que la finalité est claire et qu’ils y trouvent un intérêt. Ce serait le cas en leur proposant de suivre l’évolution géographique des maladies et de recevoir des notifications et des conseils dès lors qu’un risque apparait.
  • Au-delà des particuliers, les exploitants oléicoles et les pépiniéristes vendant des oliviers d’ornement, également très impactés par les maladies de l’olivier, sont très demandeurs d’informations et prêts à contribuer au projet.
  • À ces utilisateurs directs s’ajoute la Communauté d’Agglomération du Pays de Grasse (CAPG), membre du consortium soumissionnaire. L’olivier possédant un rôle social, culturel et économique, la CAPG propose de participer activement à la communication du projet pour le faire connaitre au grand public, ce qui facilitera le recueil de nombreuses données.

Xylella fastidiosa : la règlementation en vigueur

La bactérie Xylella fastidiosa est un organisme de quarantaine prioritaire. Selon le règlement européen 2016/2031/UE, son incidence économique, environnementale ou sociale potentielle est considérée comme la plus grave pour le territoire de l'Union Européenne. À ce titre, la surveillance et la lutte contre Xylella fastidiosa sont obligatoires sur tout le territoire européen. Le règlement d’exécution 2020/1201 précise les dispositions visant à empêcher son introduction et sa propagation dans l’UE. Un plan d’actions Xylella en 8 points est proposé par le Gouvernement français qui, dès 2017, a publié au Bulletin Officiel du Ministère de l’Agriculture et de l’alimentation un plan de surveillance pluriannuel national. Le projet d’observatoire SCO-LIVE a un potentiel très important d’expansion à d’autres territoires et à d’autres espèces végétales.

TERRITOIRE D'EXPÉRIMENTATION

Grasse, France

DONNÉES

Satellite

  • Pléiades
  • Sentinel-2
  • Sentinel-3 (LST - NDVI)

Autres

  • Services Copernicus (CAMS, CLMS, ..) et DIAS (WEkEO)
  • Données de participations citoyennes (outil SIMPLEX)
  • Données de géomorphologie et classification des sols (IGN, BRGM…)

RÉSULTATS - PRODUITS FINAUX

L’observatoire est ouvert au plus grand nombre (sous réserve de respecter une charte d’usage) et sa participation (remontée d’information et consultation des résultats) n’est pas limitée.

ACRI-ST maintient la base de données d’observation, qui peut être mise à disposition des usagers. Les cartes signalant les observations sont accessibles gratuitement pour tous les utilisateurs de l’application. Les résultats des études visant à définir les conditions d’apparitions des maladies seront rendus publiques au travers de communications scientifiques.

Les outils utilisés (application et données externes) et les méthodes sont transposables à toutes les régions du monde et les résultats de ce projet seront directement applicables aux régions présentant des analogies climatiques, notamment sur le pourtour méditerranéen (et vraisemblablement les côtes du sud de l’Afrique du Sud et en Californie). Les études de corrélations environnement/aléas peuvent toutefois nécessiter des ajustements locaux mais, sur le principe, le système est parfaitement transposable.

Contact

En cochant cette case, je reconnais avoir pris connaissance et accepte les Mentions légales.