Fermer

SCO France : millésime 2022

Publié le 17/03/2022
Le troisième appel à projets du SCO France a permis de labelliser 14 projets dans 7 thématiques, dont une nouvelle : les feux. Découverte de ce nouveau millésime.

Consultez régulièrement cet article auquel nous lierons les pages de présentation des différents projets au fur et à mesure de leur mise en ligne.

ADAPTATION URBAINE : 2 projets

  • Pléiades4UrbanFlood

Porté par le CEREMA

Le point fort de ce projet P4UF réside dans le développement d’un service apte à évaluer la sensibilité aux inondations de territoires urbains ou fortement anthropisés. De ce fait, il priorise un appui aux prises de décisions publiques en matière d’aménagement et de gestion des risques. À partir d’imagerie satellitaire Pléiades, le projet réalise une classification de l’occupation du sol, accompagnée d’indicateurs quantitatifs relatifs à la morphologie urbaine et ses dynamiques, à l’imperméabilisation des sols et à l’évolution du risque d’inondation. Le démonstrateur est expérimenté sur la ville de Montpellier (France), plateforme de visualisation à l’appui.

  • Sat4BDNB

Porté par le CSTB (Centre Scientifique et Technique du Bâtiment)

Dédié aux territoires urbains français, Sat4BDNB s’intéresse à la vulnérabilité de certains quartiers face aux effets du changement climatique. Grâce à une combinaison innovante de plusieurs jeux de données, le projet fournit un indicateur de surchauffe identifiant les îlots de chaleur urbains et de morbidité pour toute la France. La combinaison de ces informations environnementales et socio-économiques permettra d’informer, aider et guider les acteurs du bâtiment dans la priorisation de leur stratégie de rénovation.

BIODIVERSITÉ : 3 projets

  • BioEOS

Porté par l’IFREMER

En raison des effets du changement climatique et des pressions anthropiques, un déclin rapide et global de la biodiversité des milieux côtiers est déjà constaté. En réponse au besoin de systèmes de suivis simples et opérationnels, le projet BioEOS ambitionne de fournir des outils d’observation adéquats et réplicables, basés sur l’analyse des dynamiques spatio-temporelles de la biodiversité côtière. L’identification et le suivi pointu de l’état des récifs coralliens, de l’extension des herbiers marins, ou encore des dynamiques géomorphologiques des fonds marins sont autant d’axes stratégiques pertinents pour amorcer une résilience climatique. Des indicateurs de trajectoire seront également créés pour prédire de possibles évolutions de ces milieux.

  • AIonWetlands

Porté par Tour de Valat

Le projet AIonWetland se tourne vers les zones humides méditerranéennes, caractérisées par une riche biodiversité et porteuses d’une dimension stratégique pour les activités humaines. Avec l’objectif de mieux caractériser l’état et l’évolution de ces zones humides, le projet favorise l’utilisation conjointe de séries temporelles d’observations satellitaires avec d’autres bases de données pertinentes, issues notamment de l’OZHM (Observatoire des zones humides méditerranéennes). Un géo-portail interactif et évolutif proposera un service de suivi, d’alerte mais aussi d’aide à la décision aux autorités nationales et locales en charge de la gestion de ces milieux fragiles.

  • SISMA2

Porté par CLS

Dans la continuité de SISMA, SISMA2 démontre l’intérêt de la solution satellitaire pour favoriser la résilience climatique du secteur de l’élevage des rennes en Arctique. Le projet se concentre sur une dizaine de régions Russes, la plupart marquées par un niveau d’isolement conséquent, tant en termes de densité de population que de réseaux de communication opérationnels. À partir de colliers posés sur les animaux, SISMA2 développe des outils de transmission des données permettant d’analyser leurs comportements, mieux connaître leurs habitats, déclencher d’éventuelles alertes et fournir un appui additionnel à la gestion des troupeaux à distance.

CARBONE : 1 projet

  • AEROLAB SPACE

Porté par GSMA CNRS/Capgemini

Ce projet vient en prolongement d’AEROLAB, qui visait à apporter des solutions au suivi et à l’analyse des émissions atmosphériques en région Grand Est, notamment grâce à des mesures in situ (sol, avion, ballon). Aujourd’hui, AEROLAB SPACE propose un enrichissement de la démarche grâce à la plus-value des données d’observation de la Terre par satellite. En appui aux politiques de décarbonation, le projet développe ainsi un outil d’aide à la décision via des indicateurs de suivi des gaz à effets de serre.

FEUX : 1 projet

  • ALEOFEU

Porté par la DDTM Aude (direction départementale des Territoires et de la mer)

Face à l’aggravation du risque incendie dans le territoire de l’Aude, la prévention et la lutte contre les feux de forêts constitue un axe primordial pour l’adaptation au changement climatique. Le projet ALEOFEU construit des outils opérationnels intégrant l’évolution constatée et modélisée des conditions climatiques et territoriales. L’objectif premier consiste à cartographier de manière dynamique et régulière le département en vue de construire des prévisions sur le comportement du feu à l’échelle des massifs forestiers étudiés et, ainsi, déterminer des moyens de lutte adéquats. Le second objectif vise à fournir des analyses de la végétation tenant compte des différents scénarii établis par le GIEC pour affiner les niveaux de risques incendies.

GESTION DES EAUX : 2 projets

  • AMSudSAT

Porté par CLS

Le projet AMSudSAT ambitionne de suivre les flux d’eau des bassins versants amazoniens et de fournir des prévisions à la fois quantitatives et qualitatives des flux du fleuve Paraná. En collaboration avec l’Agence nationale de l’eau du Brésil et le ministère de l’Environnement du Paraguay, il s’agit ici de fournir des informations pertinentes et de créer des indicateurs stratégiques par l’utilisation conjointe de données satellites et in situ. La visée finale du projet est de favoriser une gestion intégrée des ressources en eau ainsi que d’améliorer l’anticipation et le suivi des événements extrêmes sur la zone.

  • Retenues d’eaux

Porté par l’IRD

Le projet Retenues d’eaux se penche sur la question de l’évolution de la qualité des eaux stockées dans les retenues d’eaux artificielles de petite taille, jusqu’alors très peu étudiées en France. Grâce aux images satellitaires de haute résolution Sentinel-2, le projet vise la production d’indicateurs relatifs à la trajectoire des masses d’eaux. Ceux-ci intégreront de multiples données de modélisation hydrologique, climatique et socio-économique. En outre, ce projet offre un support à la prise de décision, notamment pour l’installation de nouvelles retenues, un sujet régulièrement assujetti à de fortes tensions socio-politiques. 

OCCUPATION DU SOL : 2 projets

  • SCO FrichesAgricoles

Porté par Safer Occitanie

Expérimenté sur un ensemble de communes d’Occitanie, SCO FrichesAgricoles souhaite faciliter l’identification des friches agricoles et en favoriser une meilleure gestion en vue de limiter les risques incendies et sanitaires. Le projet vise pour cela le déploiement de multiples outils stratégiques : un algorithme d’identification des zones considérées par l’observation satellitaire, une application de saisie collaborative et une application consultative d’aide à la décision pour les utilisateurs. En libre accès, ces outils favoriseront un appui opérationnel aux collectivités, aux acteurs de l’aménagement, de la préservation de l’environnement et du développement agricole.

  • LITTOSAT

Porté par Hytech-imaging

LITTOSAT propose un tableau de bord innovant incluant de nouvelles données d’analyse des territoires littoraux et d’aires marines protégées. Ces milieux sont à la fois fragilisés par les effets du changement climatique et de fortes pressions anthropiques. En permettant de suivre dans un temps peu différé l’évolution spatiale de la végétation des milieux côtiers et des effets du changement climatique, LITTOSAT vise également à évaluer l’impact des politiques actuelles de préservation des territoires. Le projet mettra notamment à disposition des données satellitaires à jour et stratégiques pour la surveillance de zones sensibles au niveau des petits fonds et des zones intertidales.

VULNÉRABILITÉ ET ADAPTATION AUX CATASTROPHES NATURELLES : 3 projets

  • Cimopolée

Porté par l’Université de La Réunion

Expérimenté sur Madagascar, le projet Cimopolée veut développer un outil opérationnel capable de traiter des données stratégiques pour la gestion des risques liés aux événements météorologiques extrêmes. S’appuyant sur des images satellites Sentinel-1 et 2, une interface web fournira aux utilisateurs des indicateurs de désastres naturels a posteriori, afin de quantifier les dommages et mieux gérer les conséquences de leur survenance.

  • EO4Wetlands

Porté par le CEREMA

Le suivi des zones humides est devenu un enjeu stratégique de taille face à leur rôle clé pour la biodiversité, le changement climatique ou encore l’hydrologie. Dans cette perspective, le projet EO4Wetlands a pour but de fournir un outil de suivi des zones humides pour des utilisateurs français, belges et néerlandais. Ce service est rendu possible par l’utilisation conjointe de données in situ, de survol en drones et de données satellite haute résolution. L’outil permettra l’analyse de l’état des surfaces et de leurs changements spatio-temporels dans le but d’épauler les décideurs préoccupés par la survenance potentielle d’événements climatiques extrêmes comme les inondations.

  • GeoHaTACC

Porté par l’Institut Terre et Environnement de Strasbourg

Le projet GeoHaTACC s’intéresse aux aléas géo-hydrologiques tels que les mouvements de masse et les crues soudaines, plus spécifiquement sur le territoire du Rwanda. Croisées à d’autres sources d’informations, les données satellites constituent un véritable apport dans la détection et l’analyse de l’évolution spatio-temporelle de tels événements. Dans un contexte de rareté des données, l’objectif vise à fournir des outils permettant d’identifier des effets du changement climatique sur les aléas météorologiques à l’échelle plus large de l’Afrique centrale.